ecstasy

Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. PDFImprimerEnvoyer

Ecstasy et amphétamines sont des produits de synthèse recherchés pour leurs effets stimulants, particulièrement dans les milieux festifs. Les risques liés à leur consommation sont importants.


> L'ECSTASY, QU'EST-CE QUE C'EST ?

L'ecstasy désigne un produit (comprimé, gélule, poudre) comprenant une molécule de la famille chimique des amphétamines, la MDMA (méthylènedioxymétamphétamine), responsable des effets psychoactifs qui combinent certains effets des stimulants et ceux des hallucinogènes.


L'ecstasy se présente généralement sous la forme de comprimés de couleurs et de formes variées, ornés d'un motif ou d'un logo qui change régulièrement. Le contenu d'un comprimé présenté comme étant de l'ecstasy est souvent incertain : neuf fois sur dix lors des analyses toxicologiques, les comprimés contiennent bien des molécules amphétaminiques (de la MDMA dans 85 % des cas), mais on trouve aussi de la caféine, des médicaments, des sucres et liants divers. Sept pour cent des comprimés vendus comme ecstasy ne contiennent en réalité pas de MDMA.


Lorsqu'un comprimé contient de la MDMA, la quantité effective peut aller de quelques milligrammes à plus de 150 milligrammes, ce qui fait varier les effets dans la même proportion et rend plus difficile l'évaluation du risque.


 
Comprimés d'ecstasy
Comprimés d'ecstasy

> EFFETS ET DANGERS DE L'ECSTASY

>> Une certaine euphorie, une sensation de bien-être et de plaisir peuvent être ressenties dans un premier temps, mais parfois, au contraire, survient une sensation d'angoisse, une incapacité totale à communiquer. En général, les effets durent entre deux et quatre heures avant "la descente", qui s'apparente à une forme de dépression plus ou moins intense.

>> La consommation de MDMA peut entraîner des nausées, des sueurs, des maux de tête. Surtout, elle peut provoquer une déshydratation de l'organisme et une élévation de sa température (hyperthermie), d'autant plus forte que le consommateur se trouve dans une ambiance surchauffée et fait un effort physique important, comme souvent lors de fêtes ou de raves.

>> Des troubles neuropsychiatriques (angoisse, hallucinations), des troubles digestifs et des pertes de connaissance ont été décrits. Des accidents graves ont été reliés à la consommation d'ecstasy : décès par hyperthermie, arythmies cardiaques. Ils sont cependant rares.

>> Une consommation régulière entraîne avec le temps un amaigrissement et, parfois, une irritabilité. L'ecstasy peut provoquer une forme de dépendance psychique. Des dépressions graves, nécessitant un traitement médical, peuvent survenir en cas d'usage intense.

>> Enfin, des études scientifiques ont établi que des lésions de cellules nerveuses sont possibles à la suite de consommations de MDMA. On ne sait pas à ce jour si elles sont réversibles. Elles pourraient entraîner des maladies dégénératives ou être responsables de dépressions.


En cas de prise simultanée avec d'autres substances, les risques sont accrus : par exemple en association avec l'alcool ou le cannabis dans un contexte de fête, ou encore en association avec certains médicaments, certains traitements anti-VIH, certains antidépresseurs, ou tout simplement l'aspirine.
8 décès liés à l'ecstasy constatés par la police en 2003, dont quatre en association avec d'autres substances.
Un peu d'histoire
La MDMA a été synthétisée pour la première fois en 1912. Au cours des années 1970, des usages récréatifs sont rapportés pour la première fois aux Etats-Unis ; ils font leur apparition en Europe à la fin des années 1980. En France, au début des années 1990, la consommation d'ecstasy était essentiellement rattachée à des mouvements de culture musicale techno et aux fêtes de type "rave party" et "free party". Aujourd'hui, la consommation de ce produit déborde de ce contexte culturel et se rencontre dans les événements festifs en général (boîtes, bars, fêtes privées, etc.).

LE TESTING

Le testing est une méthode utilisée par les associations intervenant dans les milieux festifs, principalement dans les soirées "rave", pour tester les pilules d'ecstasy. Ce test consiste à verser une goutte de réactif sur une petite quantité de produit pour déterminer, selon la réaction colorée, la présence ou non de MDMA. Mais le testing ne permet de déterminer ni la quantité d'ecstasy contenue dans l'échantillon, ni la présence de produits de coupage. Cette pratique a donc souvent été critiquée pour ses insuffisances, mais aussi parce qu'elle peut donner au consommateur venu tester son produit un faux sentiment de sécurité. C'est pourquoi le testing n'est pas autorisé par les pouvoirs publics dans l'ensemble des pays de l'Union européenne ; en revanche, un dispositif de surveillance a été établi avec les associations, afin de recueillir des informations sur les produits qui circulent, et maintenir un dialogue de prévention avec les consommateurs.

 

> LES AMPHÉTAMINES, QU'EST-CE QUE C'EST ?

Les amphétamines (ou speed) sont des psychostimulants et anorexigènes puissants, utilisées récemment encore comme coupe-faim ou pour empêcher le sommeil, dans certaines circonstances. Leur toxicité ainsi que la forte dépendance psychique qu'elles entraînent expliquent que la plupart des amphétamines soient classées comme stupéfiant depuis 1967.


Aujourd'hui, les amphétamines se présentent généralement sous la forme de poudre à sniffer et parfois de comprimés.


Il existe un dérivé puissant de l'amphétamine aux effets particulièrement dangereux : la métamphétamine, appelée encore crystal, ice ou yaba, et dont la consommation est très marginale en France.




> EFFETS ET DANGERS DES AMPHÉTAMINES

>> Puissant stimulant physique et psychique, les amphétamines peuvent donner la sensation de supprimer la fatigue et l'illusion d'être invincible.

>> Leur consommation peut entraîner des crises de tétanie et d'angoisse. La "descente" après une prise d'amphétamine peut induire un sentiment de découragement, voire un état dépressif.

>> Une consommation régulière peut entraîner une altération de l'état général du fait de la dénutrition et du manque de sommeil. Elle conduit à l'épuisement de l'organisme, une grande nervosité et des troubles psychiques, notamment des délires.

>> Ces produits s'avèrent très dangereux pour les personnes souffrant de dépression, de problèmes cardiovasculaires et d'épilepsie.

>> L'association avec de l'alcool ou d'autres substances psychoactives comme l'ecstasy (MDMA) accroît les risques de neurotoxicité.

 

ECSTASY ET AMPHÉTAMINES : LES CHIFFRES D'UNE RÉALITÉ FRANÇAISE (1/2)


 

CONSOMMATIONS DÉCLARÉES

 

> Adultes de 18 à 64 ans, en 2005 [3][32]


Au moins une fois dans la vie :

Ecstasy :
3,1% des hommes.
1% des femmes

Amphétamines :
2% des hommes.
1% des femmes
Comme pour la plupart des drogues illicites, l'expérimentation de l'ecstasy chez les adultes concerne surtout les générations âgées actuellement de moins de 45 ans. En revanche, celle des amphétamines décroît moins avec l'âge, celles-ci ayant été utilisées par les femmes il y a quelques années en tant que coupe-faim lors de régimes amaigrissants.

 

> Jeunes de 17 ans, en 2005 [2]


Au moins une fois dans la vie :
 
Ecstasy :
4,2% des garçons.
2,8% des filles
Amphétamines :
2,6% des garçons.
1,8% des filles

Au cours des 30 derniers jours :
 
Ecstasy :
1,7% des garçons.
1,0% des filles
Amphétamines :
1,0% des garçons.
0,6% des filles

 

SOINS

Parmi les personnes prises en charge dans les centres spécialisés en 2003 [4], l'ecstasy est à l'origine d'un peu plus de 1% des demandes de soins.

 

ECSTASY ET AMPHÉTAMINES : LES CHIFFRES D'UNE RÉALITÉ FRANÇAISE (2/2)


 

MORTALITÉ (en 2004) [8]


>> quatre décès liés à l'ecstasy ont été constatés par la police en 2003, dont un en association avec d'autres substances.

>> un décès par surdose recensé par les services de police, lié aux amphétamines.

Le constat de ces décès ne repose pas systématiquement sur des analyses toxicologiques. Par ailleurs il est possible que certains décès échappent aux services de police. Les conséquences éventuelles d'une consommation d'ecstasy ou d'amphétamines sur la mortalité à long terme ne sont pas mesurées à l'heure actuelle.
4 décès
liés à l'ecstasy

1 décès
lié aux amphétamines

INTERPELLATIONS (en 2004) [5]


Pour usage :
 
1 569 pour ecstasy, soit un peu moins de 2% de l'ensemble des interpellations pour usage. 256 pour amphétamines 24 ans.
C'est l'âge moyen de l'usager interpellé.

Pour trafic :
 
1 013 interpellations pour ecstasy, soit 5% de l'ensemble des interpellations pour trafic. 91 interpellations pour amphétamines.

TENDANCE STATISTIQUE

En hausse La consommation d'ecstasy apparaît en augmentation. Elle semble actuellement déborder le cadre des manifestations festives autour de la musique techno.



ECSTASY : LES CHIFFRES D'UNE RÉALITÉ EUROPÉENNE [6]


 

Pourcentage de jeunes ayant expérimenté l'ecstasy parmi les jeunes scolarisés de 15/16 ans
D

Pourcentage de jeunes scolarisés de 15/16 ans ayant expérimenté l'ecstasy (chiffres 2003) [6].


AMPHÉTAMINES : LES CHIFFRES D'UNE RÉALITÉ EUROPÉENNE [6]

Pourcentage de jeunes ayant expérimenté  les amphétamines parmi les jeunes scolarisés de 15/16 ans (chiffres 2003)
D

Pourcentage de jeunes scolarisés de 15/16 ans ayant expérimenté les amphétamines (chiffres 2003) [6].